Modes de compostage
1550 vues

A) Le compost en tas

Le compost en tas est la manière la plus simple de faire le compost, surtout si l'on a un jardin de plus de 1000 m2, et que l'on dispose d'un volume important de déchets non valorisables par d'autres voies (paillage, chauffage...), avec des pics de production.

Avantages :

  • praticité : le tas est plus facile à manipuler (à aérer, à mélanger, à arroser...)
  • si le volume de déchet est rapidement important (plus de 0,6m3), le tas permet une montée forte de la température, ce qui va détruire les graines et les germes pathogènes des plantes malades.

Inconvénients :

  • le tas prend plus de place au sol qu'un composteur
  • il n'a pas de couvercle donc il faudra veiller à le protéger du déssechement ou de l'excès de pluie en le recouvrant d'une bâche non hermétique, ou de paille
  • il peut être jugé inesthétique
  • il est plus vulnérable aux animaux errants et aux oiseaux

 

B) Le composteur 

Les composteurs peuvent contenir un volume plus modeste (de 300 à 800 litres selon les modèles), ce qui les destine davantage aux jardins de dimension petite à moyenne (300 m2 à 1000 m2). Les composteurs peuvent aussi être installés au bas d'un immeuble (même sans contact avec la terre) pour réaliser d'une manière collective le compostage des déchets de cuisine. 

Avantages :

  • encombrement réduit, ils s'intègrent facilement dans un petit jardin
  • plus esthétiques, surtout s'ils sont en bois
  • ils sont dotés d'un couvercle qui protège de l'excès de pluie et du dessèchement

Inconvénients :

  • leur étroitesse complique un peu le mélange régulier des déchets, on préférera à cet égard des composteurs carrés plutôt que de forme conique ou trapézoïdale
  • leur volume limité ne permet pas d'absorber en une seule fois de grande quantités de déchets (tontes, feuilles mortes, tailles de haies), qui toutefois peuvent trouver une bien meilleure utilisation sous forme de paillis.

Ci-dessous plus d'explications sur chacun de ces modes :