Le sol calcaire
923 vues

Un sol calcaire se reconnait à sa couleur blanchâtre car il contient de la craie, une roche composée principalement de calcaire (ou carbonate de calcium [CaCO3]).
La craie provient de dépôts marins, on trouve des sols calcaires là où se sont produits ces dépôts comme dans le Bassin Parisien, le Jura, les Pyrénées, les pré-Alpes.
Un sol qui contient moins de 5% de calcaire est dit "non calcaire", un sol qui contient plus de 50% de calcaire est dit "très fortement calcaire".
 
​Plus un sol contient de calcaire, plus il est basique (= alcalin), par opposition à un sol acide.
Son pH varie entre 7 et 14, alors que le pH d'un sol acide varie entre 1 et 7
 

 

On utilise communément l'expression "sol calcaire" par opposition à "sol acide".

Pour s'assurer qu'un sol est "calcaire", on prélève de la terre qu'on met dans un verre et on verse dessus du vinaigre d'alcool blanc. Si ça mousse, c'est que le sol est "calcaire".
Pour une détermination plus fine du pH, lire le chapitre "comment reconnaître le pH de son sol" dans la rubrique "le pH du sol".

Certaines plantes n'apprécient pas un sol trop calcaire, dans ce cas, on peut agir :
1) En apportant de la matière organique (paillis, compost).

2) Avec des engrais verts : semer en association moutarde, luzerne, phacélie, ray-grass, consoude, bardane, bouillon blanc.

3) utiliser un paillage à base de copeaux de bois de résineux qui ont également un effet acidifiant.